Mode maison

Un journal photographique d’une ville en quarantaine

Tout d’abord, les rues se sont tues. Les bureaux et les écoles fermés et tout le monde est invité à rester à la maison pour réduire la transmission communautaire de COVID-19, le centre-ville d’Ottawa a vidé son activité habituelle.

Un membre des médias au coin des rues O’Connor et Wellington recueille des images le 22 mars pour la couverture du plan d’action du gouvernement fédéral pour contenir le COVID-19. Photo par Tobin Grimshaw

Un ruban de mise en garde, normalement associé à une activité criminelle ou à une catastrophe, a éliminé toute possibilité d’interaction humaine ou de jeu.

À gauche: le 19 mars, OC Transpo avait bouclé l’avant de ses autobus pour se protéger contre la transmission. À droite: Ginny Grimshaw regarde le premier ministre Justin Trudeau diriger sa séance d’information du 18 mars. Photos par Tobin Grimshaw

Nous avons eu des animaux de compagnie, avons encouragé les travailleurs de première ligne et avons commencé à chérir le temps passé à l’extérieur.

Chaque voyage à l’extérieur a apporté un soulagement et des tensions alors que les résidents accueillaient l’air frais et naviguaient dans la pandémie. Photos par Tobin Grimshaw

Nous avons vu différents styles d’équipement de protection, une nouvelle appréciation pour les animaux de compagnie et un désir refoulé d’être à l’extérieur. Photos par Tobin Grimshaw

En ces rares occasions où nous nous sommes rencontrés face à face, de nouvelles façons de socialiser ont émergé – une distance sûre maintenant la direction respectueuse et responsable sur laquelle se tromper.

Des amis se rassemblent devant leur domicile sur la rue O’Connor tout en maintenant une distance physique le mercredi 1er avril. Photo de Tobin Grimshaw

De longues files d’attente, des sièges LRT vacants et des écrans faciaux aux comptoirs de caisse enregistrent notre ville avec le cachet de COVID-19 et avec elle la question sans réponse: quand les choses vont-elles revenir à la normale?

À gauche: la gare de Pimisi est anormalement calme le 10 avril, car la plupart des habitants de la ville travaillent à domicile. À droite: un bouclier en plexiglas empêche la transmission du virus dans un dépanneur Quickie. Fin mars, un nouveau respect pour les travailleurs de première ligne était apparu et les entreprises prenaient de nouvelles mesures pour protéger leur personnel. Photos par Tobin Grimshaw

Alors que le printemps fleurissait, nous sommes allés jouer dehors, nous connectant les uns aux autres tout en gardant l’espace entre nous.

À gauche: Deux filles portent des masques de protection le mardi 19 mai. À droite: Bien que les magasins de la LCBO aient été autorisés à rester ouverts, une désinfection rigoureuse et une capacité limitée ont entraîné de longues files d’attente au parc Lansdowne. Photos par Tobin Grimshaw
À gauche: On voit des gens profiter du Festival des tulipes le dimanche 17 mai. À droite: Niamh Taylor danse dans la rue le lundi 18 mai, deux jours après que l’Ontario est entré dans la phase 1 de la réouverture et de l’assouplissement des règlements. Photos par Tobin Grimshaw
Les gens descendent dans les rues de la Glebe le samedi 16 mai – le jour où l’Ontario a rouvert des parcs et des terrains de camping privés pour la journée. Photo par Tobin Grimshaw

Tags
Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer