Mode maison

«Les gens ont besoin de vivre quelque part» – parler de remplissage, de taux d’inoccupation et du rêve nord-américain avec l’architecte Ryan Koolwine

Alors que les organisations communautaires luttent contre l’intensification, il existe également une demande de logements abordables. Qu’est-ce qu’une ville en pleine croissance à faire?

L’architecte Ryan Koolwine de Project1 Studio siège sur le Zonage R4 comité, qui donne des conseils aux décideurs de la ville sur les immeubles de faible hauteur, et travaille avec le Association des constructeurs d’habitations du Grand Ottawa pour peser sur les règles autour du remplissage. On pourrait dire qu’il a été impliqué sur tous les fronts dans le boom de la construction, et il a beaucoup à dire sur l’avenir du logement. Nous lui avons posé nos questions tenaces sur la tension entre le besoin de plus de logements et la répression contre les maisons intercalaires.

Photo par Miv Fournier

Le logement abordable est un sujet très populaire de nos jours. Quelle est la plus grosse erreur que vous ayez constatée dans les discussions sur le logement abordable?
L’idée que si nous diminuons les coûts de construction, nous obtiendrons des immeubles avec un loyer moins cher. Il n’y a aucune preuve de cela. Bien sûr, de nombreux développeurs de condos veulent construire le moins cher possible – plus ils construisent moins cher, plus ils en profitent. Mais les loyers vont être un facteur du marché; ils ne seront pas déterminés par le coût de construction. L’abordabilité va venir lorsque vous augmentez l’offre. Dès que le taux de vacance augmente, il y a plus de concurrence pour ce que les gens demandent pour le loyer. Essayer de construire des choses à bas prix n’est dans l’intérêt de personne.

La ville est aux prises avec le remplissage, en particulier dans les quartiers riches plus âgés. Que pensez-vous du mouvement anti-intensification?
Vous pouvez construire une maison personnalisée avec les mêmes dimensions qu’un semi-détaché, et personne n’a aucun problème avec cela. Mais si nous mettons quatre unités, c’est à ce moment-là que vous entendez ce refoulement. Les résidents estiment que c’est un développement excessif. En même temps, nous entendons parler d’une crise du logement. Pour résoudre cette crise, nous devons nous sentir plus à l’aise de densifier les quartiers situés dans des emplacements privilégiés.

Des quartiers comme Westboro?
Oui. Traversez Westboro, et vous voyez ces « Arrêtez la surintensification”Panneaux de cour. C’est un quartier riche, et il est situé dans une zone qui a vraiment besoin de voir plus de densité. C’est une aversion pour changer. D’après ma propre expérience, c’est l’idée qu’avoir plus de personnes submergera le système. Mais d’un autre côté, quand vous regardez toutes les choses que Westboro a pour elle, tous ces magasins et restaurants, toutes ces choses ont besoin de gens. Ensuite, vous ajoutez LRT. Il y a une densité minimale – personnes par hectare – nécessaire pour soutenir un système de TLR. Si vous maintenez Westboro à sa densité actuelle, vous n’êtes même pas près d’avoir la densité dont vous avez besoin pour prendre en charge les transports en commun de ce type.

Comment expliquez-vous une formule de densité à quelqu’un qui regarde son quartier changer très rapidement?
La formule de densité se résume à ceci: à mesure qu’une ville grandit, les gens doivent vivre quelque part. Si nous ne voulons pas intensifier nos quartiers urbains, vous obtenez la prolifération des banlieues. Et si nous essayons d’être respectueux de l’environnement à quelque titre que ce soit, nous devons empêcher les gens de rester dans leur voiture pendant deux heures par jour. Il existe un énorme potentiel d’impact, mais il est incroyablement gênant car, à bien des égards, il s’agit du modèle nord-américain. Vous êtes élevé dans cette idée que pour réussir, vous avez votre maison, votre cour, votre voiture. Il faut un grand changement de mentalité.

Tags
Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer