Mode maison

Le projet Local Love aide les Canadiens à se connecter grâce à des cartes postales

Sofie Sharom, une photographe animalière basée à Ottawa, rassemble le Canada – par la poste.

En 2017, Sharom a commencé Projet Local Love en tant qu’initiative à but non lucratif pour Canada 150. À l’aide de ses photos lumineuses de paysages et de monuments à Ottawa, elle a créé des cartes postales et les a distribuées avec l’aide d’entreprises locales. Elle les voyait comme un moyen pour les gens d’envoyer les cartes dans d’autres régions du pays, partageant la beauté d’Ottawa avec les Canadiens de partout. Chaque carte postale comprenait un timbre pour faciliter leur envoi – un moyen efficace de rassembler les gens à travers le pays. Maintenant que les citoyens ne peuvent pas quitter leur maison et rendre visite à leurs proches, Sharom utilise à nouveau son art pour aider la communauté à rester connectée.

Désormais, les gens peuvent simplement visiter le site Web, remplir l’adresse et le message de la carte postale et choisir l’un des thèmes et des images des cartes Sharom. Il y a actuellement six images d’Ottawa, et d’autres seront ajoutées bientôt. Sharom écrit ensuite à la main et envoie elle-même les cartes postales physiques. Elle travaille aussi pour redonner à l’environnement; Pour chaque tranche de 50 cartes postales envoyées, le projet fera un don au Programme national d’écologisation d’Arbres Canada – assez pour qu’un arbre soit planté.

Sharom, comme de nombreux Canadiens, fait face au chômage temporaire pendant la pandémie de COVID-19. Alors qu’elle a commencé à financer seule Project Local Love, elle accepte désormais les dons sur sa page GoFundMe, sur laquelle elle s’appuie pour poursuivre le projet. Récemment, le parrainage et le soutien du Yukon et de Toronto l’ont également aidée à élargir ses thèmes de cartes postales pour inclure ces régions.

Nous avons parlé à Sharom pour en savoir plus sur Project Local Love et comment elle mène son travail pendant ces périodes.

Depuis combien de temps êtes-vous photographe?
Je prends des photos depuis plus de 15 ans, mais je suis officiellement photographe depuis 10 ans. J’ai obtenu mon premier appareil photo à l’université et j’ai commencé par prendre des photos de films en noir et blanc. Depuis, je suis passé à la photographie numérique, avec un accent sur les voyages et la faune.

Qu’est-ce qui vous plaît le plus dans votre travail?
Ce que j’aime le plus dans mon travail, c’est d’inspirer les gens à explorer le monde. Que ce soit quelque part près de chez vous ou une destination exotique à l’autre bout du monde, les photos ont la capacité de nous transporter dans des endroits que nous avons toujours rêvé de visiter. J’espère que je pourrai inciter les gens à cocher ces expériences de la liste de seaux et les aider à réaliser qu’aucune destination n’est hors de portée, aucun objectif trop difficile à atteindre.

Qu’est-ce qui vous a donné l’idée de commencer à créer des cartes postales pour les gens?
L’idée de créer des cartes postales est née de mon amour des voyages et de ma passion pour les arts visuels. Bien que le monde soit devenu principalement numérique, je crois toujours à l’art tactile physique et aux personnes qui interagissent avec l’art. Les cartes postales étaient le moyen le plus courant avant l’ère numérique pour que les gens partagent des messages de leurs voyages, et je voulais apporter ce sentiment de surprise et d’inspiration.

Vous sortez actuellement pour prendre des photos? Si oui, quelle a été cette expérience pendant cette période d’isolement?
Je sors prendre des photos, mais je l’ai limité à mon voisinage immédiat dans un souci de distanciation sociale. Je viens de déménager à Wellington West l’année dernière, donc c’était génial de se promener dans les rues et de trouver des endroits sympas à photographier. Il y a beaucoup de beaux arts de la rue sur les bâtiments par des artistes locaux, ainsi que des sculptures intéressantes dans des endroits inattendus que je n’aurais pas découvert si je n’avais pas été forcé de rester près de chez moi.

Vos œuvres d’art sur carte postale comprennent des photos de la colline du Parlement, du Musée de l’histoire, du Musée des beaux-arts du Canada, du Festival canadien des tulipes, de la Ferme expérimentale et de la rivière des Outaouais. Espérez-vous photographier d’autres quartiers d’Ottawa?
Absolument. Pour les cartes postales initiales, je voulais que des icônes d’Ottawa reconnaissables soient représentées, mais les joyaux cachés d’Ottawa sont à mon avis ce qui rend la ville spéciale. J’ai une série de cartes postales de gemmes cachées dans les travaux que j’espère avoir bientôt disponibles. Cela dépend des partenariats et des dons, mais je continue de penser qu’avec l’aide de la communauté, j’aurai suffisamment de fonds pour en faire une réalité.

Vous étendez vos thèmes de cartes postales au Yukon et à Toronto plus tard cette semaine. Envisagez-vous de vous étendre à d’autres provinces et territoires dans un proche avenir?
Je prévois certainement d’étendre le projet à d’autres régions du Canada. J’ai visité 10 des 13 provinces et territoires du Canada (deux des trois autres étaient sur mes plans de voyage pour cette année), donc j’espère pouvoir présenter de nombreuses régions du pays. Encore une fois, cela dépend des partenariats et des dons, car le financement de chaque carte postale est ce qui fait avancer le projet. J’ai financé moi-même le jeu initial de cartes postales et le lancement du projet, mais je suis temporairement sans emploi en raison de COVID-19, donc je ne peux que contribuer.

Quelles mesures de sécurité prenez-vous lorsque vous manipulez des cartes postales qui seront envoyées à d’autres?
Comme la plupart des Canadiens, je m’auto-isole autant que possible et je me lave soigneusement les mains avant d’écrire chaque carte. Les preuves scientifiques ont montré que le coronavirus ne vit sur le papier que pendant environ 24 heures, et comme la livraison du courrier prend plus de temps, il n’y a aucun risque de transmission potentielle de ma part. Pour être extrêmement vigilant avec le courrier, je vous recommande de mettre votre courrier et votre carte postale de côté pendant 24 heures avant de le lire, ou de vous laver les mains après l’avoir manipulé.

En tant que créateur, quel conseil donneriez-vous aux personnes qui ne savent pas quoi faire en s’auto-isolant?
Bien que la situation actuelle ne soit pas idéale, je crois vraiment que la créativité et l’ingéniosité peuvent prospérer pendant l’auto-isolement. Tout le monde ne peut pas se tourner vers l’art comme un débouché pour sa créativité, mais il existe des tonnes de façons de nous améliorer et d’améliorer notre vie à cette époque. Apprendre une nouvelle compétence, une nouvelle langue ou une nouvelle recette est un excellent moyen de passer du temps. Je pense également qu’il est important de redonner à la communauté. Du soutien aux entreprises locales, au bénévolat de vos compétences ou aux dons à des œuvres de bienfaisance locales, redonner est thérapeutique. Je peux honnêtement dire que l’écriture de tous ces messages positifs et réconfortants sur les cartes postales m’aide à garder espoir et positif chaque jour. J’ai de la chance de pouvoir aider les gens à se connecter, cela nourrit mon âme créative.

Tags
Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer